Dieu fait de nous ses enfants par le baptême. C’est l’effet premier de sa miséricorde. Si nous venons à pécher, Dieu ne nous refuse pas son pardon ; comme le fils prodigue, il veut nous rétablir dans notre condition de fils bien-aimé, si, toutefois, nous revenons à lui en regrettant nos fautes. C’est tout l’enjeu du sacrement de la confession ou du pardon.

Démarches proposées :
1- Faire un examen de conscience (on peut s’examiner à partir des commandements de Dieu mais aussi à partir des demandes du Notre Père – qu’en faisons-nous ? ou encore à partir des Béatitudes – les vivons-nous ?
2- Accueillir le pardon de Dieu dans le sacrement de Confession(1). Après l’accueil, le signe de croix et l’aveu de ses fautes, le pénitent peut dire l’acte de contrition et reçoit l’absolution.
(1) un prêtre est disponible au bout de l’allée latérale gauche de la nef
Refrain : « La miséricorde du Seigneur, sans fin je la chanterai »
ou : « Nous vous en supplions au nom du Christ, laissez-vous ré-concilier avec Dieu ».