LA TERRASSE SAINT-MICHEL

Après avoir restauré l’ensemble des toitures de la Basilique et après avoir repris l’ensemble des caniveaux et descentes d’eaux pluviales, nous avons lors de visites répétées, constaté des gouttières sous les dalles couvrant l’avant-choeur.
Nous avons observé que l’eau passait par les strates des pierres de Villebois. Celles-ci sont de dimensions exceptionnelles (6m) et posées sur des fers. Les différents mouvements et sollicitations de l’édifice ont créé avec le temps des fissures minimes qui, aidées par le gel, se sont peu à peu ouvertes. L’eau s’est infiltrée entre les lits de la pierre qui se sont eux aussi écartés.
Bien que ces mouvements ne créent aucun risque structurel, ils nuisent à l’étanchéité. Des essais ont été faits avec des résines et n’ont pas fonctionné. Il est donc nécessaire de recouvrir les pierres d’une membrane de plomb de manière à garantir l’étanchéité de manière durable. Située sur le passage des visites insolites, cette membrane aura une épaisseur de 5 mm pour résister à la circulation des personnes. Ce chantier, de 60 000 €, démarrera dans les prochaines semaines.

 

 

LA CROIX SOMMITALE DU FRONTON

Les travaux du Fronton se poursuivent. Au mois d’octobre la partie haute de la croix surplombant Notre-Dame de Fourvière a été descendue à l’aide d’une grue. Celle-ci fait 2 tonnes, 2 m de large, 1m70 de hauteur et 60 cm d’épaisseur. La croix a déjà été restaurée il y a plusieurs années mais cela n’a pas tenu et en raison du danger occasionné, il a été décidé de la remplacer. La retaille de cette pierre sculptée et richement ornementée prendra 3 mois de travail. Elle sera faite en pierre de calcaire similaire à l’ancienne, un vrai travail d’art. Elle sera reposée au début du printemps.
Le surcoût est de 43 200 €. Quant au fronton, le chantier avance. Un habillage de plomb sera installé avant l’hiver.