La lettre de Novembre

Le « Notre Père » :
Nouvelle traduction liturgique

Télécharger ici Lettre du sanctuaire novembre

A partir du premier dimanche de l’Avent,
le 3 décembre prochain, nous réciterons le
« Notre Père » à la messe dans une nouvelle
traduction !

Qu’est-ce qui change ? – la 6ème demande ; nous disions : « ne nous soumets pas à la tentation » ;
nous dirons désormais : « ne nous laisse pas entrer en tentation ».

Pourquoi ce changement ? Parce que l’actuelle traduction qui date de 1966 prêtait à
confusion ; la nouvelle formulation, certes moins proche du texte grec ou latin, évite cette ambiguïté.
Dès les premiers siècles de l’histoire de l’Eglise, les Pères de l’Eglise puis de nombreux théologiens ou spirituels à leur suite, se référant au texte grec ou latin, ont bien sûr attiré l’attention sur cette difficulté liée à un « hébraïsme » intraduisible directement dans
les langues gréco-latines. Origène (+ 254), le grand exégète alexandrin, par
exemple, remarquait : « N’est-il pas absurde de supposer que Dieu bon qui ne peut porter de mauvais fruits, expose quelqu’un au mal ? » ; plus tard, au XVIème siècle Sainte Thérèse d’Avila commentera dans le même sens cette 6ème demande du Notre
Père : « Demandons (à Dieu) qu’il ne permette pas que nous succombions à la tentation ».

La nouvelle traduction – s’il en était besoin – écarte toute interprétation douteuse. Dieu qui nous sauve ne saurait nous induire, nous pousser à la tentation ; au contraire, nous lui demandons son secours pour ne pas succomber à la tentation ; Dieu peut cependant nous éprouver pour nous faire grandir dans la foi et nous fortifier dans le combat spirituel que nous restons appelés à mener.

Ce changement de traduction pourrait bien dans les premiers temps conduire à quelques embrouilles dans la récitation communautaire ; de nouvelles mélodies sont déjà préparées – à Fourvière notamment grâce à notre organiste – qui nous aideront à fixer les mots nouveaux sur des mélodies elles-mêmes nouvelles.

La mise en service de cette nouvelle traduction de ce texte capital pour la prière chrétienne est aussi une heureuse occasion pour en faire une méditation attentive qui donne du relief et du goût à chaque mot. Méditer le Notre Père, c’est méditer l’Evangile comme en raccourci : en effet, « l’oraison Dominicale est vraiment le résumé de tout l’Evangile » disait
Tertullien. Encore un mois pour recevoir cette nouvelle traduction ; un mois pour renouveler notre regard sur ce « Notre Père, un mois pour donner un nouvel élan à notre prière !

Patrick Le Gal,
Recteur de Notre-Dame de Fourvière

Télécharger ici Lettre du sanctuaire octobre 2017

Télécharger ici la Lettre du sanctuaire septembre 2017

Télécharger ici la Lettre du sanctuaire d’août 2017 

Télécharger ici la Lettre du sanctuaire juillet 2017

Télécharger ici la Lettre du sanctuaire juin 2017

Télécharger ici la Lettre du sanctuaire Mai 2017. et  verso 

Télécharger ici la Lettre du sanctuaire avril 2017

Télécharger ici la lettre : Lettre du sanctuaire Mars 2017

Télécharger ici la lettre de février 2017

Télécharger ici la lettre janvier 2017

Télécharger ici la lettre decembre-2016

Télécharger ici la lettre novembre 

Télécharger ici la lettre d’ octobre

Télécharger ici la lettre de lettre de sept verso lettre de septembre recto

Télécharger ici la lettre de Juillet aout

Télécharger ici la lettre de Juin

Télécharger ici la lettre de Mai

Télécharger ici la lettre d’ Avril

 Télécharger ici la lettre de Mars 

Télécharger ici la lettre de Février

 Télécharger ici la lettre de Janvier

Télécharger ici la lettre de Décembre

Télécharger ici la lettre de Novembre

Lettre d’Octobre

Septembre

Lettre Sanctuaire 17

Lettre Sanctuaire 16

Lettre Sanctuaire 15

Lettre Sanctuaire 14

Lettre Sanctuaire 13

Lettre Sanctuaire 12

Lettre Sanctuaire 11

Lettre Sanctuaire 10