Lettre d’information du Sanctuaire

Prier

Faut-il encore un mois missionnaire ? Ce mois d’octobre 2019 est le « mois missionnaire extraordinaire » décidé par le Pape François : en a-t-on vraiment besoin ? Pourquoi faudrait-il tant insister sur le fait que l’Eglise est missionnaire par nature et que tout chrétien ne peut qu’être missionnaire ?

Une question de relation. Il suffit que chacun se souvienne de la raison pour laquelle il est chrétien… Au-delà de l’habitude excellente, dans les familles, de faire baptiser les enfants, ce qui permet à un chrétien de l’être vraiment, c’est-à-dire d’avoir une relation personnelle avec Jésus, le Fils de Dieu, c’est toujours une question de relation. Ce qui nous met en relation avec le Christ, c’est la relation avec d’autres chrétiens, ceux qui ont témoigné de leur foi devant nous, ceux qui nous ont encouragés, ceux qui nous ont formés. A l’origine, Dieu lui-même est relation : appeler Dieu
« Père », et dire de Jésus qu’il est « Fils de Dieu », c’est montrer que Dieu est d’abord un être en relation et s’il envoie son Fils dans le monde, c’est pour entrer en relation avec chaque être humain. A notre tour, comme chrétiens, vivant de notre relation à Dieu, nous sommes appelés à entrer en relation avec d’autres autour de nous, pour qu’au sein de nos relations, Dieu puisse passer, et rejoindre ceux qui ne l’ont pas encore accueilli. Finalement, être
missionnaire, c’est d’abord, et simplement, cultiver nos relations : relation intime avec le Seigneur, relation fraternelle avec ceux que nous côtoyons. Et dès que l’occasion se présentera, nous pourrons témoigner, auprès de nos proches, de cette relation avec notre Dieu, qui nous fait vivre.

Fourvière est, et peut devenir encore plus, un lieu de relations : lieu de prière, lieu d’accueil, lieu de rencontres… Dans ces relations, Dieu peut se faire un chemin et nous rendre missionnaires…

Père Matthieu Thouvenot

Veuillez trouvez ci-joint la lettre d’information du sanctuaire :

Voir aussi

Carton plein pour les Visites Insolites Nocturnes

La lettre de décembre