La lettre du Sanctuaire de mai

Prier

« Vivit Christus » une nouvelle lettre du Pape François

A l’occasion de la fête de l’Annonciation, le Pape François a publié une nouvelle exhortation apostolique « il vit, le Christ » qui fait écho à la dernière session du synode sur les jeunes et les vocations. Cette exhortation concerne prioritairement les jeunes mais, le Pape prend soin de le préciser, il veut s’adresser en même temps à tout le peuple de Dieu.

Cette exhortation s’ouvre avec cette affirmation forte : « Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse du monde. Tout ce qu’il touche devient jeune, devient nouveau, se remplit de vie ». Voilà qui est séduisant !

Les deux premiers chapitres présentent ce que nous dit la Parole de Dieu sur les jeunes et sur la jeunesse de Jésus « toujours jeune » qui resurgit dans l’Eglise à travers les saints : la Vierge Marie et les jeunes saints tout particulièrement.

Les chapitres suivants (chapitres 3 à 7) présentent la situation de la jeunesse aujourd’hui, la nécessaire formation des jeunes, leur aptitude à l’engagement et les grandes lignes de la pastorale des jeunes, y compris la « Grande annonce pour tous les jeunes » du Dieu amour qui se manifeste en Jésus-Christ dans la puissance de l’Esprit.

Les deux derniers chapitres (chapitres 8 & 9) abordent très largement la question de la vocation aux différents états de vie s’enracinant tous dans un « appel à l’amitié avec le Christ ». Lié à cette question vient en conclusion celle du discernement : comment discerner sa vocation et être accompagné pour y répondre.

Dans le chapitre 2, aux n° 49 à 63, après avoir évoqué la sainteté de Marie, « la jeune femme de Nazareth », le pape cite toute une série de jeunes, hommes et femmes, parvenus à la sainteté encore très jeunes. Parmi ceux-ci, trois français : Marcel Callo, jociste plein de zèle missionnaire, mort à 23 ans en déportation en mars 1945, Thérèse morte de maladie à 24 ans dans son carmel de Lisieux et Jeanne d’Arc morte sur le bucher de Rouen à 19 ans, en 1431.

Ces brefs paragraphes sont très réjouissants car ils sont comme la preuve que la sainteté à la suite du Christ n’est pas un mirage ou une perspective impossible. Surtout le profil de ces jeunes saints montre bien que la sainteté chrétienne est de l’ordre de la charité vive qui peut être vécue sans charisme particulier sans accomplir des travaux herculéens ou opérer des miracles. C’est l’appel des béatitudes qui conduit à la sainteté et non en eux-mêmes les états mystiques : ces jeunes saints qu’évoque le Pape, très différents les uns des autres, le manifestent clairement.

Le Pape ne fait qu’évoquer rapidement ces figures ; il nous donne cependant envie de relire leur vie et de recevoir plus attentivement leur témoignage. Quelque décalé que soit le contexte de leur existence par rapport au nôtre, dans le temps, la culture, l’évolution du monde… ces jeunes saints manifestent une vivacité dans la foi, une ardeur dans leur témoignage missionnaire, une générosité dans leur vie et leur être jusqu’aux portes de la mort, qui nous touchent et nous provoquent nous-mêmes à ce combat de la sainteté.

Cet idéal, me direz-vous, est le propre de la jeunesse ; peut-être, mais suivre le Christ, toujours jeune, c’est précisément garder cette jeunesse du cœur qui ose tout et se donne magnifiquement.

Le Pape nous adresse cette lettre ; c’est peut-être le Christ qui veut nous faire signe. Ne laissons pas passer cet appel !

Pour tous, elle est une invitation à la conversion, pour beaucoup de jeunes, elle pourrait être source d’Espérance et d’encouragement.

Patrick Le Gal

Voir aussi

Carton plein pour les Visites Insolites Nocturnes

La lettre de décembre