Aux origines de Lyon

Du passé de Lyon, on connaît surtout Lugdunum, capitale des trois Gaules. Cependant le site recèle des vestiges bien plus anciens. Dès l’âge de pierre, des habitats sont identifiés sur la plaine de Vaise. Au IIème siècle av. J.-C, les hauteurs de Fourvière sont investies par des rassemblements de population, ordonnant des rites. C’est à cette époque que le nom Lugdunum – Forteresse de la lumière ou colline du dieu Lug – apparaît dans les textes antiques. Rien ne laissait présager que cet endroit, peu propice à l’implantation humaine, allait devenir quelques siècles plus tard une capitale politique, religieuse et économique de la Gaule romaine.
Le statut de capitale sera officialisé en 43 av. J.-C, par Lucius Munatius Plancus, un ancien général de Jules César, qui installe ses hommes au confluent de la Saône et du Rhône.

L’apogée de la colonie romaine et la persécution des premiers chrétiens

Au milieu du IIème ap. J.-C., Lugdunum vit son apogée. C’est une cité dotée du pouvoir de frapper la monnaie, à l’égale de Rome. Sa position est confortée par l’édification d’un sanctuaire fédéral, où les soixante tribus de Gaule romaine doivent prêter allégeance chaque année à Rome et à l’empereur divinisé.

Sous l’égide de saint Polycarpe de Smyrne, la première communauté chrétienne venue d’orient arrive à Lyon. Guidée par saint Pothin, le premier évêque de Lyon, cette communauté s’accroît et fait de nouveaux adeptes très rapidement. 

La persécution des premiers chrétiens

Les chrétiens s’attirent l’hostilité des Romains en refusant de prêter allégeance à Rome et à l’empereur, montrant ainsi leur croyance en un Dieu unique.
En 177 ap. J.-C. 48 d’entre eux seront arrêtés, torturés et jetés en prison. Ils seront nombreux, comme Sainte Blandine, patronne de la ville de Lyon, à périr en martyrs.  La ville, fragilisée à la suite de la victoire de l’empereur Septime Sévère à la fin du IIème siècle ap. J.-C. finira par perdre son statut de capitale des Trois Gaules en 297 ap. J.-C. La ville sera pillée et la colline de Fourvière sera abandonnée au profit des bords de Saône.

Les personnages clés

Voir aussi

Du Moyen-Age aux premiers vœux

De la construction de la basilique à nos jours